Bible

Histoire

Archéologie

Des découvertes au Proche-Orient éclairent l'histoire biblique

Un trésor de pièces d'or découvert à Césarée

Un trésor rare de 24 pièces d'or et une boucle d’oreille a été mis au jour dans le port antique de Césarée au nord d'Israël, probablement enfoui par son propriétaire pour le soustraire à la conquête de la ville par les Croisés, il y a 900 ans. © AFP.

Césarée, sur les bords de la Méditerranée, a été construite dans la deuxième moitié du Ier siècle avant J.-C. par le roi de Judée Hérode Ier. Des vestiges importants des époques romaine et médiévale font de Césarée l'une des attractions d'Israël.

Le site est aussi le lieu de nombreuses découvertes : déjà en 2015, 2000 pièces d'or datées de 1000 ans avaient ainsi été retrouvées au large du port par des plongeurs, le plus important trésor numismatique mis au jour en Israël selon l'Autorité des Antiquités d'Israël.

En décembre 2018, l'Autorité des Antiquités d'Israël ainsi que d'autres organisations impliquées dans ces recherches ont annoncé que des fouilles archéologiques ont permis de mettre au jour un petit pot de bronze, renfermant 24 pièces d'or et une boucle d'oreille. Ce pot était dissimulé entre deux pierres à proximité d'un puits d'une très ancienne maison.

D’après une analyse de ces pièces d’or, présentées à la presse par les responsables des fouilles, Peter Gendelman et Mohammed Hatar, elles dateraient de la fin du XIe siècle et lieraient ce trésor à la conquête de la ville par les Croisés en 1101. Cette année-là représente un des épisodes les plus dramatiques de l'histoire médiévale de la ville.

Selon les sources historiques, la plupart des habitants de Césarée ont été massacrés par l'armée de Baudouin Ier, alors roi de Jérusalem. Il est probable que le propriétaire du trésor et sa famille ont péri dans le massacre, ou ont été vendus comme esclaves, et n'ont jamais pu récupérer leur bien.

Selon Robert Kool, expert en numismatique pour l'Autorité Israélienne des Antiquités (AIA), le trésor contient des pièces rares liées au règne de l'empereur byzantin Michel VII. Ces pièces ne circulaient pas seulement au niveau local et laissent présumer des contacts ou de possibles relations commerciales entre Césarée et Constantinople (Byzance) à cette époque.

Une ou deux de ces pièces d'or équivalaient au salaire annuel d'un fermier, il est donc probable que la personne qui a caché le trésor provenait d'un milieu aisé ou exerçait le métier de commerçant.

Solidus représentant Michel VII Doukas (1071-1079) Constantinople.

Avers : buste du Christ de face, la tête coiffée d’un nimbe crucigère, vêtu du pallium et du colombium, bénissant de la main droite et tenant les Évangiles de la main gauche.

Traduction avers : Jésus-Christ

Revers : buste de Michel VII de face, barbu, couronné, vêtu du loros, tenant de la main droite le labarum bouleté et de la gauche un globe crucigère.

Traduction revers : Michel roi. © cbg.