Bible

Histoire

Archéologie

Des découvertes au Proche-Orient éclairent l'histoire biblique

Ci-dessus : différents rouleaux de Torah rangés à l'intérieur de l'Arche sainte de la synagogue de la Victoire à Paris. © Olevy, travail personnel.

Meguiloth ou les Cinq rouleaux

Ci-dessus : ce splendide rouleau d’Esther italien, aux marges magnifiquement illustrées par Andrea Marelli, date du XVIe siècle. © British Library.

Ci-dessous : célébration d'une Sim'hat Torah, fête de la Torah. © D.R.

Les Cinq Rouleaux ou Meguiloth (חמש מגילות, Hamech Meguilote ou Homeish Meguilôs) sont une subdivision des Ketouvim (autres «Écrits sacrés» de la Bible hébraïque).

Les Cinq rouleaux comprennent :

1. le Cantique des cantiques. Son écriture est attribuée traditionnellement à Salomon, roi d'Israël. Le texte est lu à la synagogue lors du shabbat de la fête de Pessa’h ainsi que, dans la tradition séfarade, lors de l’office de chaque vendredi soir.

2. le Livre de Ruth, lu à la Pentecôte. L'histoire de Ruth se déroule à l'époque où les Juges dirigeaient le peuple d'Israël. Il s'agit de montrer comment une femme étrangère est non seulement entrée dans le peuple d'Israël mais est devenue l'ancêtre du roi David. Le récit met l'accent sur la loyauté exemplaire de la Moabite Ruth, vis-à-vis de sa belle-famille comme de YHWH.

3. le Livre des Lamentations, pour l'anniversaire de la destruction du Temple par Nabuchodonosor en 586 avant J.-C. Ce livre est composé de cinq poèmes lyriques. Les quatre premiers sont acrostiches (chaque vers commence successivement par l’une des 22 lettres de l’alphabet hébreu). Il décrit la grande douleur causée par le siège, la prise et la destruction de Jérusalem.

4. l'Ecclésiaste, lu pour la fête des Tabernacles. Son thème est celui de la vanité (au sens de «ce qui est vain») des choses humaines. Le livre s’ouvre sur un constat d’impuissance et de pessimisme : tout est vain, c'est-à-dire futile et insignifiant. «Il n’y a rien de nouveau sous le soleil». La sagesse équivaut au chagrin, le savoir à la douleur. Le sage et l’insensé connaissent le même sort dans la mort et l’oubli. L'insécurité causée par la menace constante de la mort et par l'injustice régnant parmi les hommes, l'impossibilité de connaître les plans de Dieu pour le monde, rendent le destin de l'homme fragile et insaisissable.

5. le Livre d'Esther, lu pour la fête de Pourim ou des Sorts.

Ce dernier livre est le plus célèbre des cinq meguiloth : «la Meguila» sans précision fait le plus souvent référence au Livre d'Esther.

Il rapporte une série d’événements se déroulant sur plusieurs années : Esther, d'origine juive, devient la favorite du souverain, Assuérus. Or, sous son règne, le grand vizir — Haman — intrigue et obtient de pouvoir exterminer toute la population juive. Devant pareille menace, Mardochée fait appel à sa cousine Esther afin qu'elle obtienne du roi l'annulation du décret qui les condamne. Le roi — informé par Esther — prend toutes les mesures nécessaires pour protéger la population juive, et condamne le vizir, ainsi que tous ses fils, à être pendus au poteau destiné initialement à Mardochée. Enfin, les Juifs instaurent une fête annuelle, appelée Pourim, afin de commémorer ce miracle.

Chaque meguila est traditionnellement lue en public à la synagogue au cours de l'année dans beaucoup de communautés juives.