Bible

Histoire

Archéologie

Des découvertes au Proche-Orient éclairent l'histoire biblique

Vidéo de l'émission "À l'origine" proposée par Steve Suissa, sur France 2. Avec la participation du rabbin Didier Kassabi et de Ron Naiweld, chargé de recherche au CNRS et enseignant EHESS. © France 2.

Khirbet Qumrân - les Manuscrits de la mer Morte -

Au printemps de 1947, un jeune bédouin découvre fortuitement des manuscrits d’une valeur inestimable dans l’une des grottes perchées sur le flanc d’une colline du désert de Juda, non loin de la mer Morte.

Pénétrant dans la grotte d’Aïn-Feschka, le jeune bédouin se trouve en présence de jarres d’une hauteur de 63 cm sur 25 de large. À l’intérieur de celles-ci, il découvre des rouleaux de cuir enveloppés dans du lin enduit d’une substance semblable à du bitume, peut-être extrait de la mer Morte.

Les ayant proposé sans succès à un marchand de Bethléem, il se rend à Jérusalem où il réussit à vendre quatre de ses rouleaux à l’archevêque Athanase Samuel, du monastère orthodoxe syrien Saint-Marc et trois autres à E. L. Sukenik, professeur d’archéologie à l’Université hébraïque de Jérusalem.

L’archevêque Athanase Samuel montre les rouleaux à plusieurs autorités qui semblent hésitantes sur leur valeur et leur contenu. On les présente finalement au professeur John C. Trever, qui est alors directeur de l’École américaine de recherches orientales à Jérusalem ; ce dernier les photographie et envoie des copies au professeur W. F. Albright. Ce célèbre archéologue conclut qu’ils doivent dater des environs de la fin du premier siècle avant notre ère et parle tout de suite de «découverte exceptionnelle».

La guerre israélo-arabe empêche toute investigation scientifique. C’est en février 1949 que le professeur Laukester Harding et le Père R. de Vaux reprennent les fouilles dans la grotte. En moins de trois semaines, ils exhument quelque 800 fragments de rouleaux (près de 1000 à ce jour), qui appartiennent à environ 75 rouleaux de cuir différents, quelques fragments de rouleaux en papyrus, des pièces de tissu de lin qui avaient servi à envelopper les rouleaux, des lampes romaines et des tessons de jarres. Il semble bien que quelques 200 rouleaux aient été cachés dans la grotte. Pour la suite, voir les Manuscrits de la mer Morte.

Ci-dessous : le manuscrit du livre d'Esaïe (ou Isaïe), mis au jour dans la grotte N°1 d ‘Aïn-Feschka, exposé au sanctuaire du livre au Musée d'Israël à Jérusalem. © DR.